Suivez-nous sur Facebook® et Twitter®

porte-bouteilles : 0,00

Certains vins me parlent.
Et là, toutes connaissances techniques oubliées, je laisse la place à ce que je ressens, à ce qu’on a voulu me dire, sans un mot.
Ces vins sont toujours le fait de vignerons-artistes, avec des personnalités fortes qui créent, en petit volume, des vins exigeants  qui leur ressemblent.
Pour faire mieux connaître ces vins, pour les honorer aussi, j’ai voulu « pousser le bouchon » plus loin en confrontant leurs créateurs à d’autres créateurs.
Pour que l’écho de leurs conversations propose de nouveaux chemins, de nouvelles évocations, et qu’ainsi ces vins nous touchent autrement et peut-être davantage encore.

 

Claude Veyrac

 

 

Laisser un commentaire : 

  1. En général, je me méfie de ceux qui poussent le bouchon ; ils sont souvent lourds. Mais, là, pousser le bouchon relève d’un geste subtil. Mêler les mots aux vins, confronter les écrivains aux verres et aux vignes, c’est une belle et simple idée. Une expérience qui change le regard, donc le goût ; car la dégustation est réellement altérée par les mots qui la guident et lui ouvrent des horizons. Le vin n’a pas besoin d’un culte, il a besoin d’être cultivé. Vive les vins cultivés.

  2. Les vins cultivés ouvrent de nouveaux terroirs imaginaires. Bravo. J’attends les prochaines cuvées avec impatience.

Pour ajouter une image jpg / jpeg :
Pour intégrer une vidéo, coller un lien Youtube / Vimeo / DailyMotion…

*